Élevages de yorkipoo au Québec

Eleveur chiot yorkipooIssu d’un croisement entre le yorkshire-terrier et un caniche nain ou toy, le yorkipoo n’est pas une race officielle selon le club canin canadien. C’est un chien d’intérieur intelligent qui adore jouer et passer du temps avec son maître.

Pour l’instant, nous avons décidé de ne pas faire de liste d’éleveurs de yorkipoo. Vu les risques liés à l’adoption d’un chien « design » comme celui-ci, nous préférons vous sensibiliser et vous outiller dans votre sélection de votre futur chiot.

Important : Nos conseils pour choisir un éleveur responsable
À lire : Comment convaincre un éleveur de vous vendre un chiot

Chiot yorkipoo à vendre? Pas si vite!

La popularité des chiens de type « caniche croisé » (goldendoodle, labradoodle, maltipoo, bernedoodle, cockapoo…) est un problème. Elle permet de vendre des chiens mélangés à des prix faramineux, même si les éleveurs ont des pratiques d’élevages beaucoup moins rigoureuses que s’ils étaient enregistrés au club canin canadien. Ça devient une façon facile de faire de l’argent, au détriment d’une race stable et prévisible.

Il faut savoir qu’au Québec, selon l’ACRACQ, on retrouve jusqu’à 2 200 usines à chiots. Les animaux y vivent dans des conditions insalubres, ne reçoivent pas assez de soins et ils manquent de socialisation et de stimulation, ce qui ne permet pas le bon développement de l’animal. En choississant le premier chiot disponible, vous risquez à la fois d’encourager une personne sans scrupule et d’adopter un compagnon qui s’intégrera difficilement à la famille.

Pour trouver un chiot yorkipoo auprès d’un bon éleveur, commencez par suivre ces quelques conseils.

Visitez les lieux : Il est idéal que le chiot ait été élevé en milieu familial et non pas dans un chenil séparé. Par contre, ce n’est pas parce que l’éleveur mentionne être « un milieu familial » que c’est vraiment le cas! Rendez-vous sur place et allez voir où vivent les chiots et la mère. Si la personne refuse de vous recevoir en rendez-vous, posez-vous de sérieuses questions.

Vous serez bombardé de questions : Si on ne vous demande pas qui vous êtes, c’est un mauvais éleveur. Un vrai éleveur voudra absolument savoir si vous avez déjà vécu avec des chiens. Il tâchera de comprendre où vous vivez, pourquoi vous voulez un chiot, dans quel type de milieu il évoluera et ce que vous connaissez déjà sur la race.

Attendez-vous à du sérieux : Adopter un chien chez un éleveur demande du sérieux. Vous devriez signer un contrat qui stipule que votre maltipoo ne servira pas à la reproduction. Vous aurez droit à une garantie de santé écrite de 2 ans sur les maladies héréditaires. Vous aurez accès au pedigree des parents et vous ne pourrez pas vous échapper des vaccins et de la vermifugation du chiot.

Obtenez plusieurs références : Il est probable que plusieurs autres personnes aient déjà acheté des chiots là-bas. Ils pourront témoigner de leur expérience et de comment ils ont été supportés par l’éleveur tout au long du processus. Parlez avec quelques clients!

Continuez votre lecture : Nos conseils pour choisir un éleveur responsable

Donner une deuxième chance, grâce aux refuges

Les chiens « abandonnés » n’ont pas tous des problèmes graves de comportement! Il est tout à fait possible de trouver le compagnon parfait pour votre famille en passant au refuge. Leurs équipes font tout ce qui est possible pour retracer l’historique du chien et établir un profil pour ensuite lui trouver une famille compatible. Ce pourrait être vous!

Consultez notre répertoire des refuges du Québec! Vous pourrez chercher par région administrative et ainsi trouver les coordonnées des établissements les plus près de chez vous. Jetez-y un oeil!

 

Crédit photo : Eric Sonstroem sur Flickr, CC BY 2.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *