Élevages de maltipoo au Québec

Chien maltipoo eleveurIssu d’un croisement entre le bichon maltais et le caniche, le maltipoo n’est pas une race officielle selon le club canin canadien. C’est un compagnon affectueux qui est assez populaire chez les célébrités et qui a un bon niveau d’intelligence.

Pour l’instant, nous avons décidé de ne pas présenter de liste d’éleveurs de maltipoo. Vous pouvez tout de même le texte suivant pour vous sensibiliser aux risques d’acquérir un de ces chiens.

Important : Nos conseils pour choisir un éleveur responsable
À lire : Comment convaincre un éleveur de vous vendre un chiot

Chiot maltipoo à vendre? Pas si vite!

La popularité des chiens de type « doodle » (croisés avec des caniches) est un problème. Elle permet de vendre des chiens mélangés à des prix faramineux, même si les éleveurs ont des pratiques d’élevages beaucoup moins rigoureuses que s’ils étaient enregistrés au club canin canadien. Élever des maltipoo, des yorkipoo, des bernedoodle ou des goldendoodle devient presque une façon facile de faire de l’argent.

Il faut savoir qu’au Québec, selon l’ACRACQ, on retrouve jusqu’à 2 200 usines à chiots. Les animaux y vivent dans des conditions insalubres, ne reçoivent pas assez de soins et ils manquent de socialisation et de stimulation, ce qui ne permet pas le bon développement de l’animal. En choississant le premier chiot disponible, vous risquez à la fois d’encourager une personne sans scrupule et d’adopter un compagnon qui s’intégrera difficilement à la famille.

Pour trouver un chiot maltipoo auprès d’un bon éleveur, commencez par suivre ces quelques conseils.

Allez voir les installations : Il est idéal que le chiot ait été élevé en milieu familial. Mais ne prenez pas la parole de votre éleveur pour la vérité absolue! Mieux vous prendre rendez-vous et visiter le milieu de vie pour en avoir le coeur net. Si la personne refuse, posez-vous de sérieuses questions.

Soyez prêt à passer une entrevue : Si la personne en face de vous ne s’intéresse pas à qui vous êtes, c’est un mauvais éleveur. Un vrai éleveur voudra absolument savoir si vous avez déjà vécu avec des chiens. Il voudra savoir où vous vivez, pourquoi vous voulez un chiot, dans quel type de milieu il évoluera et ce que vous connaissez déjà sur la race.

Attendez-vous à du sérieux : Adopter un chien chez un éleveur demande du sérieux. Vous devriez signer un contrat qui stipule que votre maltipoo ne servira pas à la reproduction. Vous aurez droit à une garantie de santé écrite de 2 ans sur les maladies héréditaires. Vous aurez accès au pedigree des parents et vous ne pourrez pas vous échapper des vaccins et de la vermifugation du chiot.

Insistez sur les références : Un bon éleveur se fera un plaisir de vous offrir la référence de quelques clients qui ont acheté des chiots là-bas. Ils pourront témoigner de leur expérience et de comment ils ont été supportés par l’éleveur tout au long du processus.

Continuez votre lecture : Nos conseils pour choisir un éleveur responsable

N’oubliez pas les refuges pour chien

Adopter son chien dans un refuge aide à donner une deuxième chance à un animal qui le mérite. Tous n’ont pas des problèmes de comportement : les refuges font d’énormes efforts pour dresser le profil du chien et trouver la bonne personne ou la bonne famille pour l’accueillir. Et c’est beaucoup moins dispendieux qu’un chiot « designer » qui vous coûtera plusieurs milliers de dollars.

Notre répertoire de refuges au Québec vous permet de voir l’ensemble des refuges de la province par région administrative. Trouvez l’établissement le plus près de chez vous et jetez un oeil aux animaux disponibles!

 

Crédit photo : Paulconwall sur Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *