La dysplasie de la hanche chez le chien

Dysplasie hanche chienLa dysplasie de la hanche, aussi nommée subluxation coxo-fémorale congénitale est un problème de santé qui est très fréquent chez les gros chiens dont la croissance est particulièrement rapide. Cette malformation se développe progressivement et finit par contraindre la mobilité de la hanche, provoquant des lésions, de l’inflammation et de l’arthrose prématurée.

Il existe trois causes principales pour la dysplasie de la hanche chez le chien: la génétique, l’alimentation déficiente et une activité physique inadéquate lors de la croissance.

La place de la génétique

La dysplasie de la hanche est rattachée à certains gènes qui peuvent ou non être transmis par ses parents. Il est possible de limiter les risques que son chien développe ce problème en sélectionnant un chiot dont les deux reproducteurs étaient sains. Encore là, il est possible que les gènes fautifs ne se soient pas manifestés chez les parents mais qu’ils se déclarent chez le chiot.

Prévenir la dysplasie

Outre le facteur génétique, il existe plusieurs facteurs qui influeront le développement de ce trouble articulatoire. Heureusement, vous aurez un mot à dire sur eux! Voici quelques conseils à appliquer pour les races à risque de souffrir de la dysplasie.

L’exercice physique : Contrairement à la croyance populaire, un chien sportif n’est pas toujours celui qui sera le plus en santé! Dans ce cas-ci, il est important de limiter l’activité physique lors des 15 premiers mois de vie. Plus précisément, il faut:

  1. Limiter la promenade à 5 minutes par mois de vie. Ainsi, un chien de 4 mois ne sortira pas plus de 20 minutes à la fois.
  2. Éviter toute forme de sauts, qui pourraient blesser votre compagnon ou nuire à ses articulations sur le long terme. Cela inclut le fait d’utiliser les marches, d’entrer ou de descendre d’un véhicule, de monter sur le canapé, etc.
  3. Éviter qu’il s’excite trop sur une surface glissante comme le linoléum. Les risques de glisser et de chuter sont alors plus importants.
  4. Empêcher que votre chien se tienne sur ses pattes arrières.

L’alimentation : Il est important que l’alimentation soit surveillée aussi strictement que possible pour les races à risque d’être atteintes de la dysplasie. De cette façon, on évitera le surpoids, un facteur important dans le développement de ce défaut de la hanche.

Un apport suffisant en nutriments pourrait aussi contribuer à combattre son apparition. Certains éleveurs recommandent par exemple de chercher un apport suffisant en vitamine C, qui n’est pas assez présente dans les croquettes industrielles.

Les symptômes de la dysplasie

Voici quelques symptômes qui peuvent aider à déterminer si votre chien est atteint :

  • On observe parfois une musculature plus faible au niveau des fesses et une proéminence des os des hanches;
  • Sa démarche est chaloupée, c’est-à-dire qu’il roule les hanches en avançant, ou il se déplace en avançant simultanément ses deux membres postérieurs;
  • Il commence à boiter;
  • Il peine à se relever lorsqu’il tombe;
  • Il peine à monter les escaliers;
  • Lors de ses premiers déplacements de la journée, il semble plus raide.

Consultez un vétérinaire dès que vous avez des doutes au sujet de la maladie. Il pourra diagnostiquer votre chien à l’aide d’une radiographie, à partir d’environ 1 an.

Les traitements de la dysplasie

Ce problème de la hanche peut être traité de différentes façons.

D’abord, chez un chien jeune et en bonne santé, il peut être préférable de procéder à une opération afin d’éradiquer la dysplasie et rendre le reste de ses jours bien plus simple. C’est une intervention relativement dispendieuse qui est prise en charge par certaines assurances animales.

Pour les chiens plus âgés, certains traitements médicamentés existent pour permettre à un cartilage plus sain de se former progressivement. D’autres médicaments ont également des fonctions anti-inflammatoires.

Enfin, pour les chiens en surpoids, une cure minceur sera absolument nécessaire pour retirer un lourd poids de ses hanches.

 

Note : Nos articles sur la santé animale ne remplacent en aucun cas l’expertise ou le diagnostic d’un vétérinaire. Ils ont pour but de vulgariser l’information médicale et de vous aider à faire des choix responsables et mieux comprendre les implications de chaque trouble de santé.

Charles Bernard

J'ai vécu la majeure partie de ma vie avec des animaux de compagnie. Propriétaire de Lebernard depuis plusieurs années, il me fait plaisir de partager ma passion avec les lecteurs.

Crédits photo
1) Mins’s sur Wikimedia Commons, CC-BY-SA 2.5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *