Voyager avec son chien

Voyage avec un chienLe chien est un membre à part entière de la famille. Que vous partiez en voyage quelques jours ou pour plusieurs semaines, il peut vous sembler difficile de le laisser derrière vous! Ce vaillant compagnon, à moins d’avoir des proches pour s’occuper de lui de façon régulière, risque de trouver votre absence très lourde.

Plusieurs québécois en sont incapables et décident de voyager avec leur chien. Afin de faciliter votre aventure, Lebernard a décidé de vous présenter un dossier complet sur les implications de cette décision.

Navigation rapide

1) L’essentiel de la sécurité en voiture
2) Mon chien n’aime pas la voiture!
3) Les établissements qui acceptent les chiens
4) Prendre l’avion, c’est possible?

L’essentiel de la sécurité en voiture

Protection contre les collisions

La SAAQ a fait un excellent travail pour promouvoir l’utilisation de la ceinture de sécurité chez les êtres humains. Lors d’un accident à 50 kilomètres/heure, le poids d’un objet en mouvement est multiplié par au moins 25 fois : vous risquez donc de traverser le pare-brise et d’en perdre la vie.

Malheureusement, peu de gens protègent leur chien en voiture! S’il n’est pas attaché, il peut lui aussi être éjecté du véhicule; sinon, il risque au moins de vous heurter avec force. Les chances de blessures ou de mort sont réelles.

Deux solutions sont recommandées :

1) Harnais de sécurité : Grâce à une boucle universelle se fixant à votre ceinture de sécurité, le harnais permet au chien d’être retenu fermement mais avec confort. Consultez la description du produit pour vous assurer qu’il convient à sa taille, assurant une sécurité maximale.

2) La cage : Elle est préférable pour les petits chiens ainsi que pour les chats. Assurez-vous qu’elle soit stabilisée par la ceinture de sécurité : sinon, elle deviendra un projectile très dangereux en cas de collision.

Dois-je ouvrir les fenêtres?

Ouvrir une fenêtre permet d’améliorer le confort du chien et des passagers, mais ne laissez pas une ouverture suffisante pour qu’il y glisse sa tête. Dans le cas contraire, il risque de contracter une conjonctivite ou une otite.

Attention au coup de chaleur

Il est impensable de laisser le chien seul dans la voiture pendant que vous faites vos courses ou visitez une attraction. La température intérieure peut rapidement atteindre 50 °C lorsqu’elle est au soleil, ce qui l’expose à la fois à la déshydratation et aux coups de soleil.

Une bonne hydratation est critique pour son bien-être. Une bouteille de voyage spécialement conçue pour les chiens vous permettra de le faire boire sans risquer de tout renverser dans l’habitacle.

Les arrêts fréquents

Essayez de vous arrêter de façon régulière, par exemple à tous les trois heures, afin de lui offrir l’occasion de se dégourdir les pattes ou de faire ses besoins.

Retour en haut

Mon chien n’aime pas la voiture!

Comme la majorité des voyages débutent par un véhicule à moteur, vous n’irez pas bien loin si votre animal s’objecte au transport. Nous allons maintenant voir comment prévenir les situations les plus communes.

Soulager le mal des transports

Eh oui, les chiens peuvent eux aussi être atteints de nausées et autres inconforts lorsqu’ils sont sur la route. Heureusement, votre vétérinaire saura vous recommander une médication appropriée pour le soulager. Souvent, un peu de Gravol peut faire le travail; il est par contre nécessaire d’obtenir un avis professionel sur le dosage. Le Cerenia est un autre médicament, cette fois spécialement conçu pour les chiens.

Combattre la peur des voitures

Même le plus vaillant des chiens de garde aura parfois peur de montrer en voiture. Que ce soit à cause du confinement ou du bruit surprenant du moteur, il faudra un travail de votre part pour briser le tabou.

Tout en gardant à l’esprit que le chiot apprendra plus rapidement qu’un adulte, voici quelques étapes pour le désensibiliser. Gardez en tête que quelques semaines pourraient être nécessaires pour la réussite des exercices : faites-en un peu chaque jour sans trop ennuyer votre compagnon.

1) En premier, demandez-lui de s’asseoir à une distance raisonnable de la voiture, soit quelques mètres ou plus selon son niveau de craintes. Tranquillisez-le en le caressant et en lui parlant doucement; n’hésitez pas à lui offrir une gâterie pour le mettre dans un état positif. Approchez lentement de la voiture et permettez-lui de l’inspecter et de la renifler.

2) Suite au succès du premier exercice, vous pourrez lui présenter l’intérieur de la voiture. Ouvrez les portières et faites-le entrer et sortir du véhicule pour qu’il se familiarise avec lui. Pour l’encourager, vous pouvez notamment lancer un jouet à l’intérieur et lui demander de le rapporter. Récompensez-le dès qu’il accomplit l’action pour l’associer à quelque chose de positif.

3) Lorsqu’il semble en confiance avec l’action d’entrer dans une voiture arrêtée, vous aurez ensuite à allumer le moteur. Ne le faites que quelques secondes au départ, puis prolongez la durée. Au départ, il serait préférable de faire les tests pendant qu’il se trouve hors de l’habitacle pour ne pas le surprendre. Ne cherchez pas à le brusquer : cela ne ferait que ralentir sa progression.

4) Lorsque vous êtes prêt pour la première balade, demandez à quelqu’un de conduire et assoyez-vous derrière avec votre chien. Votre présence aidera à le rassurer. Ne cherchez pas à le calmer s’il panique : il comprendrait que c’est une façon d’avoir votre attention).

Dernier conseil : si votre chien devient anxieux à force de regarder par les fenêtres, l’utilisation d’une cage de transport pourrait l’empêcher de voir dehors et ainsi le calmer.

Retour en haut

Les établissements qui acceptent les chiens

Lorsqu’on part en voyage avec un animal de compagnie, plusieurs établissements d’hébergement nous considèrent persona non grata – c’est-à-dire « personne non bienvenue ». La planification devient un véritable casse-tête!

Pour trouver un hôtel ou un terrain de camping qui vous accueillera les bras ouverts, nous vous recommandons de consulter le site Partout avec mon chien. Conçu par Les Éditions Touristiques, c’est un des guides québécois les plus complets, recensant des centaines d’hôtels, de campings et de sentiers pédestres à travers la province. Pour les restaurants, par contre, ne vous faites pas trop d’espoirs!

Retour en haut

Prendre l’avion, c’est possible?

Prendre l’avion n’est pas tout à fait simple mais n’ayez crainte, vous n’aurez pas à laisser votre chien derrière! Tâchez toutefois d’appeler la compagnie aérienne à l’avance pour connaître l’ensemble de leurs conditions.

Voici quelques éléments à prendre en considération :

Franchir la douane avec son chien

Chaque pays possède ses propres standards pour le contrôle des animaux de compagnie à la frontière.

Aux frontières américaines, par exemple, votre animal ne doit présenter aucun symptôme de maladie transmissible aux humains. De plus, vous devrez présenter une preuve qu’il est vacciné contre la rage. Un certificat de santé peut aussi être demandé.

Pour toute autre destination, n’hésitez pas à contacter l’ambassade du pays que vous comptez visiter : vous aurez des réponses claires pour vous rassurer.

Transport dans la soute ou dans la cabine?

Certains petits chiens peuvent voyager avec vous en cabine. Via Air Canada, on met une limite de 10kg au poids combiné du chien et de sa cage. Ils comptent comme un bagage à main, ce qui engendrera des coûts supplémentaires, et il faut s’assurer que la cage est à la fois ventilée et suffisamment grande pour qu’il puisse se tenir debout, se tourner et se coucher confortablement. Le sac de transport est aussi accepté.

Si votre chien doit être transporté dans la soute, une cage régulière ne fera pas l’affaire; il faut plutôt être muni d’un transporteur homologué par la compagnie aérienne. Il doit être fabriqué d’un plastique rigide, l’animal doit avoir l’espace nécessaire pour se tenir debout et les roues doivent être retirées (ou bloquées avec un ruban adhésif, si elles sont rétractables.

Pour l’exemple, voici les conditions d’acceptation en soute d’un chat ou d’un chien avec Air France.

Les races à risque

Les races de chien dites brachycéphales (à museau retroussé) ne sont pas acceptées par toutes les compagnies aériennes. Comme leurs voies respiratoires ne sont pas aussi performantes que leurs congénères, elles sont plus sensibles au coup de chaleur et courent le risque de mourir lors du transport.

Cette liste comprend le bouledogue français, le carlin, le boxer, le cavalier king charles spaniel, le shih-tzu et le pékinois. Certaines compagnies aériennes interdisent carrément leur transport, par exemple Air France.

Retour en haut

Charles Bernard

J'ai vécu la majeure partie de ma vie avec des animaux de compagnie. Propriétaire de Lebernard depuis plusieurs années, il me fait plaisir de partager ma passion avec les lecteurs.

Crédits photo
1) Plank sur Wikimedia Commons, CC BY 3.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *